Electricité et développement durable - Impacts sur le changement climatique - Les engagements internationaux

Accueil > électricité & développement durable > Impacts sur le changement climatique > Les engagements > Internationaux

D'ici à 2050, les émissions mondiales de gaz à effet de serre devront être diminuées de moitié si l'on veut limiter l'augmentation de la température à 2° C par rapport à l'ère pré-industrielle. Des engagements ont déjà été pris à l’échelle internationale pour agir.

Le Protocole de Kyoto

Depuis la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) adoptée en 1992 à Rio de Janeiro, un état des lieux de la situation est régulièrement réalisé par le GIEC.

En parallèle, les représentants politiques de l'ensemble des pays de la planète se réunissent régulièrement pour mesurer l’avancée de la lutte contre le changement climatique, dans le cadre du Protocole de Kyoto, lancé en 1997 et entré en vigueur en 2005, qui définit des objectifs et des moyens pour mettre en oeuvre la CCNUCC.

Ce Protocole comporte 2 niveaux d'implication pour les pays qui ont ratifié le protocole :

Pour cela, le protocole propose 2 niveaux d'actions :

Les objectifs étant très ambitieux, il prévoit en complément 4 mécanismes de flexibilité pour les atteindre :

L’après Kyoto

La conférence internationale sur le climat de Doha (Qatar) de 2012 a permis de prolonger jusqu'en 2020 le protocole de Kyoto qui arrivait à échéance, et ainsi ouvrir un nouvel acte d'engagement pour ce protocole.

Dans la continuité des accords de Cancun (Mexique) en 2010, de premiers engagements pour la période post-2012 ont été prévus.
Notamment :

Pour autant, la non-adhésion des États-Unis au Protocole, le retrait de la Russie, du Japon et du Canada et l'explosion des émissions des pays émergents dispensés d’objectifs de réduction constituent des freins importants à la poursuite des efforts de réduction de gaz à effet de serre, et en particulier de CO2.

Ainsi, pour atteindre les objectifs fixés, un nouvel accord international doit être conclu rapidement lors des 2 prochaines conférences (Lima en 2014 et Paris en 2015) pour une entrée en vigueur en 2020. Contrairement au protocole de Kyoto, cet accord ne concernerait pas que les nations industrialisées mais tous les pays, y compris les grands émergents et les États-Unis.

En effet, bien que les émissions mondiales de CO2 dues à l’énergie diminuent d'une année sur l'autre ces dernières années, elles ont augmenté de plus de 51 % par rapport à 1990.
À elle seule, la Chine dépasse aujourd'hui le niveau d'émissions des États-Unis et celui de la zone Europe/ex-Urss.

En Mt CO2 2012 Part en %
en 2012
Évolution (%)
2009-2012
Évolution (%)
1990-2012
Amérique du Nord 6 044 19,0 -3,4 +8,7
dont : Canada 534 1,7 -0,5 +24,6
États-Unis 5 074 16,0 -4,1 +4,2
Amérique Latine 1 225 3,9 +5,3 +101,5
dont : Brésil 440 1,4 +7,9 +128,8
Europe et ex-URSS 6 449 20,3 -0,4 -18,7
dont : Union européenne (à 28) 3 505 11,0 -1,2 -13,8
Russie 1 659 5,2 +0,4 -23,9
Afrique 1 032 3,3 +5,6 +89,4
Moyen-Orient 1 720 5,4 +4,5 +194,9
Extrême-Orient 13 766 43,4 +3,7 +184,3
dont : Chine 8 251 26,0 +3,1 +262,2
Corée du Sud 593 1,9 +0,5 +158,6
Inde 1 954 6,2 +6,8 +236,6
Japon 1 223 3,9 +3,4 +15,8
Océanie 418 1,3 -0,1 +48,0
Soutes internationales maritimes et aériennes 1 080 3,4 -4,7 +74,3
Monde 31 734 100 +1,2 +51,3
(Chiffres clés du climat France et Monde édition 2015, SOeS)

Zoom

Les émissions de CO2 dues à la production d'électricité et de chaleur dans le monde

> Lire